Le poète Paul Celan écrivait « Il est grand temps que la pierre s’habitue à fleurir ». Le travail d’Élodie Guignard pousse à l’évidence sur des références poétiques et picturales et s’attelle à renverser le monde et ses histoires, fussent-elles fabuleuses.

L’eau d’un fleuve glisse sur des pierres plates auxquelles une Narcisse en tunique blanche s’accroche pour ne pas sombrer. Mais le grain de l’eau est céleste ; en fait de noyade, ne s’agit-il pas d’une chute vertigineuse ?

Et cette autre Narcisse en robe tout aussi blanche, les mains enfoncées dans l’humus et les lèvres peintes, entre-t-elle ou sort-elle de l’eau ? Ses yeux retournés signifient-ils qu’elle s’en tire ou qu’elle s’enfonce ?

Derrière elle, un fond de branches et de nuages, jusqu’à ce que… renversement de perspective : l’œil comprend l’effet de bascule, le décor n’est que reflet dans le fleuve.

Élodie Guignard photographie magnifiquement le ras du sol, le ras du ciel, le ras de l’eau ; toutes les petites décompositions végétales, minérales ou aquatiques : les brins, les gouttes, les fragments, les taches, les plis, les touffes. Ce qu’on écrase avec les pieds, ce qu’on essuie d’un revers de main devient le théâtre magique, herbeux et humide, de ses reconstitutions.

Caroline Ibos

 

Diplômée de l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles avec les félicitations du jury, Élodie Guignard, photographe, vit et travaille entre Rennes et Paris. Elle développe une recherche photographique sur l’humain, le corps et le territoire. Aussi, que ce soit dans les séries bretonnes, où elle met en scène de jeunes gens dans la nature, dans les séries indiennes où elle fait poser les habitants d’un village, à la frontière du Bangladesh, où lorsqu’elle photographie des compagnons d’Emmaüs dans des costumes fantasques, il s’agit toujours de transfigurer le réel et nous plonger dans un temps arrêté, imaginaire et imaginé.

Pour la seconde année, et dans un souci d’accessibilité, le Carré Amelot ouvre ses portes au public Sourd en proposant des rencontres avec les artistes et des visites commentées, interprétées en LSF.

En savoir plus

Expositions :

2018

  • Les 4 Saisons, galerie Graphem, Paris.
  • Alégé Alédisom, avec les habitants du village santal de Borotalpada, Jhargram, Inde.

2017

  • Exposition, présentation des livrets du collectif Les 4 Saisons, le 104, Paris.
  • Portraits, invitée d’honneur de la biennale photographique de Conches en Ouche.
  • Le village de l’aurore, projection, Les Nuits de Pierrevert, Lubéron.
  • Supernatural, exposition collective du studio Hans Lucas, Rencontres Internationales de la Photographie, Arles. Le Lieu désiré, Association de Culture Berbères, Paris.
  • Le Village de l’aurore, festival franco-bengali, avec l’alliance française de Calcutta, Harrington Street arts center.

2016

  • Narcisse ou le souffle renversé, festival Dream beyond imagination, Dhaka, Bangladesh.
  • Regards partagés, exposition collective, Fondation hospitalière Sainte-Marie, Paris
  • Les Magnifiques, festival Les Photographiques, le Mans
  • Ensemble c’est tout, exposition collective regroupant 27 photographes du studio Hans Lucas, sur le site des Grands Voisins, Paris
  • Le village de l’aurore, association de Culture Berbères, Paris
  • Les Magnifiques, l’Ourcq blanc, Paris.

2015

  • Narcisse ou le souffle renversé, salon La Quatrième Image, espace des Blancs Manteaux, Paris
  • Tifin time, salon Esprit maison, Esprit jardin, Rennes.

2014

  • Les Magnifiques, Niort, festival de la jeune photographie internationale
  • Les Invisibles, centre pénitentiaire des femmes, Rennes
  • Salon Cosmos, carte blanche à l’atelier réflexe, avec Véronique Bourgoin, le 116, Montreuil.

2013

  • Les Magnifiques, livre et exposition, Emmaüs, Deux-Sèvres.

2012

  • Le lieu désiré, Artothèque de Vitré.

2011

Des corps en décor, avec les patients de l’hôpital psychiatrique Guillaume Régnier et la Criée, centre d’art contemporain, Rennes

Le lieu désiré, Le Garage, Rennes.

2010

  • Narcisse ou le souffle renversé, Chic Art Fair, Cité de la mode et du design, Paris
  • Narcisse ou le souffle renversé, galerie Hautefeuille, Paris
  • Le Village de l’aurore, galerie Impressions, Paris
  • Portraits de détenus : deux expositions itinérantes, centres pénitentiaires des hommes et des femmes, Rennes.

2009

  • Le Village de l’aurore, le Carré d’art, Chartres de Bretagne
  • Le Lieu désiré, Festival de l’Image Environnementale, Arles

2008

  • La Nuit, je dors, galerie de l’escalier, Rennes
  • Proserpine, La petite biennale photographique, Blain et Maison des arts, Conches en Ouche.

2007

  • À travers le feuillage et résidence d’artiste à Acigné, Ille-et-Vilaine, publication d’un ouvrage aux Éditions de Juillet

2006

  • Premier Prix de la Biennale photographique, Conches en Ouche

2005

  • L’Extrême familier, Voies Off, Rencontres Internationales de la photographie, Arles

 

elodieguignard-photo.com