Dramagraphies

Autoportraits photographiques
de Michel Lagarde

 

Michel Lagarde n’est pas un photographe au sens classique du terme : il ne photographie pas une réalité présente mais se sert des outils de prise de vue et de retouche numérique pour inventer, tel un peintre, une « vision photographique ».

Dans son travail, photographie, théâtre, cinéma et peinture se mêlent pour créer une image épique. Comédien et décorateur scénographe, il a trouvé avec ses Dramagraphies un projet à la mesure de ses nombreux talents : il fabrique et photographie des maquettes, endosse multiples rôles face à l’objectif, puis compose l’image finale avec tous ces éléments.

Dramagraphies nous catapulte dans une quatrième dimension, un univers en noir et blanc burlesque, déjanté, où tous les personnages sont en fait Michel Lagarde lui-même.

« Je ne raconte pas ma vie, je m’amuse à l’interpréter ».

L’univers magique d’un spécialiste du décor qui mélange réalité et fiction avec une minutie nostalgique, matinée d’autoportrait. Attention : chef-d’œuvre !

Gilles Klein – Reflex Numérique

 

Depuis 35 ans, Michel Lagarde conçoit des scénographies et des décors pour le théâtre, l’opéra, le cinéma, l’événementiel et les défilés de mode. Depuis 2003, il travaille en parallèle au projet photographique Dramagraphies Autoportraits Photographiques.

Pour la seconde année, et dans un souci d’accessibilité, le Carré Amelot ouvre ses portes au public Sourd en proposant des rencontres avec les artistes et des visites commentées interprétées en LSF.

 


Ornemental

Performance d’Adonis Flores, photographe et plasticien cubain, en partenariat avec le Centre Intermondes

 

Entre camouflage militaire et humour, l’artiste nous questionne sur la situation du monde et notre point de vue sur la société, en détournant les rôles et les images.
En partenariat avec le Centre Intermondes et le soutien de la Fondation Gilbert Brownstone et d’Air France

Samedi 6 octobre à 16h

 

 

En savoir plus
Ornemental

Adonis Flores

 

« Ma pratique artistique a évolué ces dernières années en des directions et des disciplines différentes : dessins, sculptures, installations performances, vidéos et photographie. Toutefois, mes préoccupations fondamentales sont demeurées les mêmes en se plaçant, de façon constante, sur le questionnement autour du rôle de l’appareil militaire dans la vie contemporaine, non seulement en me mettant en scène comme officier militaire, mais aussi en prenant le personnage militaire comme point de départ pour observer d’autres phénomènes de la vie civile.

Dans cette perspective, j’ai poursuivi mon travail autour d’une série intitulée Camouflages dans laquelle, toujours en uniforme de camouflage, je questionne et controverse la condition humaine, en particulier sur des sujets tels que la fragilité, la violence, l’insécurité, le pouvoir, la puissance et la mort. Ces œuvres sont nées de ma propre expérience militaire et de ma présence comme soldat en Angola en 1989, mais surtout de l’actuelle situation dans le monde. Les performances, les photos et les vidéos contiennent leur part de jeu et d’humour ; elles sont matière à montrer des  innombrables pistes et chemins tant d’un point de vue du soldat que de l’homme en général.

Parallèlement, j’ai développé les projets qui explorent d’autres points de vue. Si le point commun dans la plupart de ces œuvres est de situer ma propre image comme thématique centrale d’observation, un autre regard s’approprie l’attirail du monde militaire et les transforme en emblèmes du pouvoir. Ce sont des fragments d’un ensemble que j’ai pris comme prétexte afin de poursuivre ma réflexion sur différentes problématiques globales. Pour cela, j’ai réalisé des altérations simples à ces objets, jusqu’à leur transformation vers d’autres objets,  plus élaborés, propres à l’interprétation. »

Adonis Flores

 

Performance réalisée en 2004 à Sancti Spíritus (Cuba), en 2006 à Nottingham (Royaume Uni), en 2008 à l’Université nationale de Bogotá (Colombie), en 2014 au salon ArtBo et Galerie La Cometa, à Bogotá, en 2016 à la Fábrica de Arte Cubano (FAC) de La Havane (Cuba).


Atelier « Comment devenir un pro du selfie » ?

Angles de vue, éclairage, applications de filtres, découvrez de manière pratique et ludique toutes les astuces pour maîtriser l’art de l’autoportrait avec votre smartphone !

Animé par Amanda Bronsheer, photographe et web créatrice

Tout public à partir de 10 ans

Samedi 6 novembre à 15h

Rencontre-conférence

Patrick Le Bescont était photographe autodidacte avant de se lancer dans l’aventure éditoriale et de fonder Filigranes en 1988. Aujourd’hui, les éditions publient une vingtaine de titres par an, une dizaine de collections, et de nombreux ouvrages issus de collaborations avec des galeries et centres artistiques. L’originalité de la démarche éditoriale de Filigranes tient dans le fait que ses livres sont conçus comme des projets artistiques, plutôt que comme de simples reproductions d’image.

Animée par Patrick Le Bescont, des Éditions Filigranes

Samedi 6 octobre à 17h