Sillages, février, mars et avril 2005
Carré Amelot
Espace Culturel de la Ville de La Rochelle / Espace Culture Multimédia
  Programmation   Agenda   Archives  
  Petites Machines à images
Photographies de Laurent Millet
 
 

 

 
Photo : Laurent Millet «Des refuges. Faits des débris, des restes des cabanes des pêcheurs de l’estuaire du Sado, au Portugal. Je construis par jeu, j’exacerbe ce qui fait la richesse de ces constructions ou bien je les simplifi e, je les adapte à mon univers. Posées sur l’eau entre recouvrement et apparition, les cabanes ne sont qu’une façade, une invitation trompeuse à demeurer. Si l’on peut rester, ce n’est qu’en esprit et en se nichant dans leurs lignes.
Leur surface, souvent parallèle au plan de la photographie, se confond parfois avec celle-ci, rendant incertaine la limite qui en devient un peu plus épaisse, alors que la cabane ne dépasse jamais sa fragile minceur. Elles entretiennent les mêmes rapports que l’eau et le reflet : on ne sait pas très bien à moins d’un regard attentif lequel des deux on regarde.
Des constructions trop minces, trop fragiles, dans un décor hostile apaisé juste un moment : elles sont des images avant d’être photographiées, elles ne sont portées que par les apparences.»
Laurent MILLET
 
Laurent Millet nous fait croire à des mondes qui ne sont qu’à lui. Est-ce par cette part de vérité qu’il emporte du monde réel ? Est-ce cette lumière qu’il n’a pas inventée - sans laquelle ses plaques resteraient vierges et ses tirages noirs - ; cette grève presque immatérielle et pourtant bien là sur laquelle reposent en silence ces monuments inutiles ; ces planches et ces tôles, plastiques, cartons et grillages, dont on sent qu’ils ont leur histoire, qu’ils sont dans ce nouveau monde l’écho de notre vieux monde ; ce ciel enfin et cette mer que l’on distingue à peine par cette ligne plus sombre, presque abstraite à l’horizon ? C’est cette ligne pourtant que coupe en son milieu la verticale des plaques disjointes, soulignant par la concordance de ce double témoignage, l’existence de ce monde irréel auquel Laurent Millet donne vie.
Stéphane GRUET
 
Laurent Millet est représenté par la Galerie Camera Obscura à Paris et Robert Mann Gallery à New-York. Il a été l’assistant de Jean Dieuzaide et Lucien Clergue. Ses images sont présentes dans de nombreuses collections publiques : San Francisco, Museum of Modern Art ; Chicago Art Institute ; Center for Creative Photoraphy, University of Arizona, Tucson ; Museum of Fine Arts of New Mexico, Santa Fe ; Los Angeles County Museum ; Museum of Fine Arts, Houston, État-Unis ; Fonds National d’Art Contemporain ; Maison Européenne de la Photographie ; Bibliothèque Nationale, Paris ; Musée Nicephore Niepce, France ; Artothèques de Toulouse, Grenoble, Annecy, Caen, Lyon ; Galerie du Château d’Eau, Toulouse...
 
Cette exposition est présentée dans le cadre d’une collaboration avec la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de La Rochelle et l’Espace d’Arts du Lycée Valin, permettant la présentation simultanée de plusieurs oeuvres :
- Lacrima, installation dans la Salle de l’Ancien Marché de l’Arsenal ;
- La Méthode, Espace d’Arts du Lycée Valin ;
- Petites Machines à images, Galerie du Carré Amelot

Du 4 mars au 30 avril

Entrée libre


 
Rencontre
avec Laurent Millet

Vendredi 1er avril 20h30
À l’ECM / Cyber-base
Entrée libre

Présentation d’œuvres et échange avec le public.

Réservation au
05 46 51 14 70

Réalisation Espace Culture Multimédia du Carré Amelot