Le son de l'espace, vitesse et rythme

La Musique abstraitement - Carte blanche à Patrick Ascione
Art électroacoustique

Vendredi 26 novembre

20h30 - Salle de spectacles

CRÉATION

 

Soirée haut-parlante
proposée par Delta P

 

Tout public

 

Vendredi 26 novembre
20h30

Salle de spectacles

 

Plein tarif 8€
Tarif réduit 6€
Pass'Culture 4€


Réservation au 05 46 51 14 70

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rencontre tout public
avec Patrick Ascione

 

Mercredi 24 novembre

18h

Salle de spectacles


Entrée libre

Réservation au 05 46 51 14 70

 

 

La musique existe où les symphonies s'achèvent, où la mélodie donne sa forme à des sons qui, par eux-mêmes, n'en ont pas, où une disposition privilégiée des notes, enfin, tire du désordre naturel une unité satisfaisante pour l'esprit et le cœur

(Camus, l'Homme révolté., 1951)

 

Je me suis tourné vers la musique électroacoustique et l'acousmatique*, je crois parce que le genre faisait table rase de l'instrument. Question d'affinité tout simplement.

Ce n'était donc pas pour le retrouver transformé en sons de casseroles ou d'aspirateurs, soupirs de portes de grange ou crissements de morceaux de verre pris isolément... Et puis, je ne me souviens pas avoir été tellement jamais fasciné par l'instrument, les instruments de l'orchestre... En revanche par le son, le son enregistré, tous les sons, oui ! Je ne crois pas que la musique passe pas par l'instrument de musique.

 

La technologie nous permet aujourd'hui de faire avec les sons exactement ce que l'on a de tous temps faits naturellement avec les couleurs, qu'elles aient été posées sur les parois des cavernes ou fixées sous les voûtes des chapelles, ou bien projetées au hasard sur tel support ou enfin disposées sur la surface d'une toile de chevalet...

Cette caractéristique est chose radicalement nouvelle dans le domaine du sonore depuis les apports de la technologie, et en cela la musique électroacoustique, l'art acousmatique, la musique concrète, l'art des sons... auront considérablement et définitivement élargi le champ de la perception de la musique.

 

* Acousmatique : terme employé le plus couramment pour désigner le fait d'entendre ou de percevoir un son sans en voir la source ou cause qui le produit .

 

 


Patrick Ascione s’est orienté vers ce qu’il appelle la « polyphonie spatiale » et « l’écriture de l’espace », au travers des moyens multicanaux de composition et l’adoption plus large du format multipiste pour la composition des œuvres. Il crée ainsi en 1988 Espaces - Paradoxes la première pièce entièrement composée, contrôlée et projetée en salle sur 16 pistes réelles vers 16 groupes distincts de haut-parleurs dont il articule la structure en une suite de « figures d’espace » en manière de mouvements.