Intervalles², Mythologies numériques

Fred Murie, avec la collaboration de Flavien Théry - Exposition interactive

Du mardi 9 au samedi 13 novembre

Proposé par le Département Audiovisuel et Multimédia dans le cadre des Escales Documentaires

 

Tout public

 

Du mardi 9
au samedi 13 novembre

10h - 19h
Salle Multimédia
(rez-de-chaussée)

 

10h - 23h
Hall et espaces de circulation
du Carré Amelot

Entrée libre

 

Liens externes :

Site de Fred Murie

Site de Flavien Théry

Présentation de l'exposition
sur le site de Fred Murie

 

Voir également :
Escales Documentaires

 

 

Intervalles², Mythologies numériques

 

L'exposition Intervalles² se déploie au Carré Amelot en installant un réseau d'œuvres numériques, interactives et plastiques. Du hall à la salle multimédia, en franchissant les différents paliers, le spectateur averti et le festivalier passant, naviguent entre mythe et réalité.

De la cave au grenier, l'enfant s'invente des mondes, son monde. L'espace commun devient un théâtre d'ombres et de lumières où se projette un désir d'au-delà. Une fenêtre devient un vitrail numérique1, une lampe révèle un en deçà, le sol est ponctué de signaux, les fantômes sortent du placard.

Les pièces exposées sont intégrées à l'environnement pour troubler notre vision du réel et en dévoiler d'autres facettes. À la manière d'un oxymore2, elles jouent du contraste, non pas pour décrire un monde binaire, mais pour entrevoir sa complexité. Ainsi, les oppositions dessus/dessous, intérieur/extérieur, réel/virtuel, art/technologie, artiste/spectateur... sont envisagées comme des couples séparés par une certaine distance. Et c'est dans cet intervalle que se situe leur possible rencontre.

 

Notes :
1. La pièce Des nouvelles du jour a été créée par Flavien Théry, avec la collaboration de Fred Murie, et produite par la galerie Ars Longa et Arcadi.
2. Un oxymore est une figure de style qui associe deux mots dont le sens est opposé, pour créer une profonde surprise.

 


Fred Murie utilise le réseau Internet à la fois comme médium et comme espace d'exposition. Son travail consiste à créer des réalités alternatives en confrontant le numérique et le quotidien. Cette démarche se poursuit à travers des installations interactives qui placent le spectateur entre réalité tangible et réalité digitale.

 

Flavien Théry crée des objets et installations qui sont autant de dispositifs autorisant un travail de sculpture de la lumière. Celle-ci est envisagée comme une réalité partagée entre un phénomène indépendant et notre propre conscience. Elle est signe de présence, aux sens matériel et temporel, d’une énergie rendue visible, constituant une image du vivant : « ce qui peut s’éteindre ».